vendredi 2 août 2013

Mais où se trouve Galdwinie ?

__ Mais c'est quoi Galdwinie, un village comme Brigadoon qui n’apparaît que tous les cent ans ?
A cette question, posée par Cornélia à Lisbeth, la petite sœur de Johan dans le chapitre 14 de son histoire (voir Blog : Chapitre 14 - Cornélia), il est impossible de donner la même réponse que Lisbeth. Car il suffit  d'ouvrir le moteur de recherche de Google Maps pour constater qu'il n'existe aucun lieu ayant pour nom Galdwinie.

Pourtant, pour beaucoup de personnes de ma génération, ce village correspond à quelque chose de tangible. C'est Lichtenberg en Alsace,  La Canourgue en Lozère, Meyssac en Corrèze, Montmeillant dans les Ardennes, Vallières dans la Creuse,  Langoëlan en Bretagne, Beauraing ou Saint-Hubert en Belgique, Cwmllynfel au Pays-de-Galles. C'est le pays où nous sommes allés passer les vacances scolaires chez nos grand-parents, héritant de leur sagesse, si nous avons eu la patience de les écouter, renouant avec les traditions ancestrales qui ont forgé notre identité, récupérant les savoirs et savoir-faire des métiers qu'ils pratiquaient, alors que nos parents avaient été obligés de migrer vers les grandes villes. Malheureusement, tous ces lieux bénis ont subi depuis  lourdes dégradations dues à l'évolution des mœurs accordant une importance toujours plus grande à l'argent, à l’efficacité et à la rentabilité.


Beaucoup seront déçus en apprenant que le petit village écossais, qui a servi de modèle à Galdwinie, n'a pas échappé non plus à ces transformations.  En effet, il n'y a plus ni Laird, ni Lady. Le manoir et son parc ont été récupérés par un promoteur qui y a établi un golf. Le toit de la petite église à tour carrée s'est écroulé et le cimetière qui l'entourait a été "assaini" pour être transformé en jardin public. La Maison paroissiale a été convertie en discothèque. Les petits cottages autour de la place se sont transformés en boutiques attrape-touristes.  Et pour finir, le charmant paysage qui l'entourait a été défiguré par la construction d'un supermarché, d'un complexe multimédia et de lotissements destinés à héberger des retraités dotés de riches pensions.


Mais il ne faut pas désespérer. Car Galdwinie n'est probablement pas si loin de nous comme nous le pensons. En effet, même aux abords des grandes villes, il existe des communes en banlieue, ou les municipalités ont réussi à organiser un solide tissu associatif dont les activités ne se limitent pas au seul domaine sportif (parce qu'il est rentable électoralement parlant), mais permettent aussi de pratiquer des activités artistiques, artisanales, caritatives et même spirituelles, où les paroisses, certes de taille modeste, rassemblent de vrais chrétiens dont l'engagement personnel pour suivre le Christ est en proportion inverse à leur nombre.


Prions ensembles pour que ces opportunités continuent d'exister, pour que nous ne nous laissions pas décourager par l'individualisme ambiant, pour que nous ayons le discernement pour les repérer, et y participer en fonction de nos vocations respectives telles que nous les dicte le Seigneur à travers la prière et la méditation de la Parole.